Sex chatfree


On comprend maintenant le mouvement des personnages à genoux qui se redressent : ils veulent voir, ils veulent être sauvés, ils ne veulent pas qu'on les oublient. Les quelques naufragés encore en vie vont-ils être rapatriés ? L'homme peint en ombre chinoise vient d'entendre ce qui se passe, n'y croit pas encore. Ce serait un heureux dénouement après des jours d'horreurs. à gauche, on voit se profiler une vague qui se forme, presque déjà sur le point de déferler. La est une frégate, un navire de guerre récent, dédiée avec 3 autres bateaux à cette expédition. Duroy de Chaumareys qui prend le commandement de la Méduse, un homme âgé de 51 ans qui, contrairement à ce que l'on pourrait croire, est un officier sans expérience et qui n'a pas dirigé de navire depuis plus de 20 ans. Noble émigré pendant la Révolution, il a bénéficié du retour en grâce des royalistes.



Quelques heures plus tard cependant l’Argus repasse à proximité du radeau et cette fois l’aperçoit. Il méprise ses subordonnés et n’écoutera pas l'avis des marins expérimentés. En dépit du bon sens, il n'attend pas les deux navires les plus lents et, voulant prendre le chemin le plus court, il coupe par le banc d'Arguin, une zone dangereuse de récifs et de bancs de sable au large de la Mauritanie. Le navire qui l'accompagnait change de route et lui envoie des signaux, mais de Chaumareys s'obstine. La Méduse finit par s'immobiliser, lamentablement échouée par beau temps et à marée haute. Avec moins d'1m² par personne, ils doivent se tenir debout serrés les uns contre les autres.

On tente d'abord de remorquer le radeau avec les chaloupes, mais l'ensemble est trop lourd et dérive.

L'eau monte progressivement jusqu'à la taille, les réserves diminuent dangereusement.